30 puis 50 puis 87 Millions de données personnelles volées par Cambridge Analytica sur Facebook

Attention à ce que vous publiez, à ce que vous partagez, à vos likes, à  vos demandes d’amis, à vos groupes privés …

La liste ne s’arrête plus ! Combien de fois avons-nous entendu ces mots ? Attention à ce que tu fais ça pourrait se retourner contre toi ! Attention ! ATTENTION ! ATTENT…

ToO BIG TO FAIL ! Et bien c’est arrivé ! Ce que nous pensions ne jamais se produire c’est passé sous nos yeux. On savait pourtant que Facebook utiliser nos données personnelles pour nous envoyer de la publicité ciblée. Maintenant on soupçonne que Donald Trump soit président grâce à un vol de données sur le plus gros réseaux social du monde au 2.1 milliard d’utilisateurs.

Et tout ça, organisé par Cambridge AnalitycaCe sont 87 millions de données personnelles de citoyens américainsnotamment qui ont été récupéré par la société britannique, contrairement aux 50 millions annoncé à la sortie du scandale. En France c’est 210 000 personnes qui ont pu être touchés.

30 puis 50 puis 87 Millions de données personnelles volées par Cambridge Analytica sur Facebook

POURQUOI  ÇA  A ÉCLATÉ ?

Cambridge Analytica est une entreprise spécialisée dans l’influence politique et a donc contribué en 2016 à la campagne présidentielle de Donald Trump.

CA indique pourtant n’avoir reçu les données que de “30 millions” de personnes via la société Global Science Research (GSR)qui les lui a, selon Facebook, transmises sans autorisation. GSR avait mis au point une application de tests psychologiques et qui a été téléchargée par plus de 300.000 personnes via leur compte Facebook.

300 000 à 87 millions, comment c’est possible ?

A l’époque, en 2015, Facebook laissait des applications tierces accéder non seulement aux données des usagers ayant utilisé l’application mais aussi à celles de leurs amis, ce qui explique le nombre très élevé de personnes potentiellement concernées. L’accès aux données des amis par ce biais a été supprimé depuis.

Désormais les droits des applications sont restreints, et il est maintenant impossible de chercher un utilisateur via son numéro de téléphone ou son adresse mail.

Mark Zuckerberg devra s’expliquer devant le Congrès américain le 11 avril sur ce scandale.

Source iciici, ici

2018-12-04T15:13:28+00:00